Chaque semaine, nous nous retrouvons le dimanche en forêt. Le programme s’écrit chaque semaine, en fonction des besoins et des envies. Chantier forestier, dégagement, balade, … Ces temps de partage et de rencontres sont ouverts à tous les membres et les propositions d’activités sont les bienvenues !

Lexique 1: Balivage et dégagement.

Nous sommes sur le haut des parcelles de Champagnac, un petit plateau perché d’une cinquantaine de mètres de large, où une coupe rase eu lieu il y a dix ans. Le plateau aujourd’hui a surtout été colonisé par des bouleaux et quelques rares acacias ou châtaigniers. Les deux versants qui bordent ce plateau sont plus intéressants sous un angle d’exploitation forestière, avec des pins maritimes et sylvestre, des sapins pectinés de belle taille. On peut lire les dégâts de la coupe rase d’il y a 10 ans : les sapins en bordure de la coupe sur le haut du versant sont morts ou malades suite au dessèchement du plateau, alors que ceux situés plus bas sont bien portants. Nous allons créer cet après-midi une plateforme de stockage et un un lieu de retournement pour les véhicules.

Mais aujourd’hui, nous vous proposons de pousser un peu ces reportages du « dimanche » en apportant un lexique approprié sur la gestion d’une forêt .

Il nous parait important de donner une visibilité sur le devenir des parcelles et cela passe par la maîtrise du langage forestier. En effet, nos hommes ou femmes de terrain utilisent un jargon, technique pour le néophyte, que nous étions il y a encore quelques mois, voire incompréhensible, ce qui est à l’opposé de notre volonté. Le sauvetage de nos forêts passe par cette connaissance partagée.

Pour ce week-end, nous allons commencer par des termes autour de l’approche du terrain, lorsque que l’on découvre une forêt. Quels mots sont utilisés pour définir les objectifs ?

Aujourd’hui: futaie, taillis, balivage , dégagement ou éclaircie. Les textes sont Source Wikipédia, et nous avons ajouté des commentaires de Faîte et Racines.

(Wikipédia) Le taillis est un peuplement forestier d’arbres issus de la reproduction d’une souche, occasionnée par une coupe humaine ou par accident, et où plusieurs bourgeons ont pu se développer après avoir reçu un apport massif de sève.

Commentaire FeR: Le taillis est le parent pauvre de la forêt mais est en devenir. A défaut d’intervention, il n’évoluera vers une forêt diversifiée qu’à très long terme, et ne produira que peu ou pas de bois d’œuvre valorisable. Une forêt menée en taillis est couramment « condamnée » à être coupée à ras une fois de plus.

(Wikipédia) La futaie est un bois ou une forêt composée de grands arbres adultes issus de semis. Les futaies peuvent être naturelles ou être générées par l’homme.

Commentaire FeR: La futaie est une forêt qui permet de produire des fûts, donc du bois d’œuvre. Une futaie est « régulière » si tous les arbres sont plantés en même temps. C’est le mode de gestion préféré de l’industrie du bois. Une futaie est « irrégulière » si elle est composée d’une diversité d’essences et d’âges. Une telle futaie peut être « jardinée », c’est un mode de gestion doux qui conserve le couvert forestier.

(Wikipédia) Le balivage est l’action de repérer et sélectionner les plus beaux arbres, les baliveaux, afin de favoriser leur croissance optimale le plus souvent par éclaircie. Cette action a donc également la fonction de faire évoluer un taillis en futaie. Le balivage est un type d’éclaircie ne s’appliquant qu’au taillis.

Commentaire FeR: le balivage a pour objectif de sélectionner les sujets d’avenir dans un taillis, une dizaine d’années ou plus après une coupe, quand les arbres commencent à avoir une belle taille. Il prend en compte de nombreux paramètres (diversité d’essences, lumière, pente, vent dominant etc…).

(Wikipédia) Le dégagement : opération sylvicole qui consiste à supprimer toute ou partie de la végétation qui concurrence les sujets faisant l’objet de la culture principale.

Commentaire FeR: Le dégagement permet de sélectionner un ensemble d’arbres de petite taille, que se soit dans un taillis jeune ou parmis des semis naturels.

(Wikipédia) L’éclaircie est une opération consistant à supprimer un certain nombre d’arbres d’une parcelle au profit de ceux laissés en place. Elle peut être précédée d’un balivage.

Commentaire FeR: L’éclaircie concerne aussi les futaies et les arbres pouvant être valorisés en bois d’œuvre.

Revenons en à nos chantiers des dernières semaines : Nous avons travaillé à ouvrir les anciens chemin d’exploitation qui ont été créé lors des dernières coupes rases. Grâce à ces accès, nous pourrons entretenir les taillis pour les faire tendre vers de belles futaies diversifiées, et de les extraire d’une logique d’exploitation en coupe rase.

L’équipe de ce dimanche.

Et n’oubliez pas la rando la semaine prochaine…

Petite mais costaude !

Est-ce la chaleur et la fête au Bellet la veille qui ont épuisé nos volontaires du dimanche, car l’équipe était bien réduite hier après midi ?

Petite troupe donc mais vaillante, nous avons tenté de continuer le travail d’ouverture des chemins commencé depuis deux week-ends sur les parcelles de la commune de Champagnac la Prune.

Nicolas aura le courage de découper les rameaux à la scie à main malgré cette chaleur.

Elodie et le chien « Partoche » vont se battre avec les ronciers et les jeunes Trembles

Clin d’œil: La posture de Marion et Sylvain me fait penser à cette photo de Diane Fossey, militante d’un autre combat (gagné depuis !), au milieu de la jungle, ce qui était presque le cas pour nous tant la forêt était dense dans cette partie …

Petite mais costaude !

Nous avons réussi à « déboucher » sur le chemin en contrebas, ce qui était l’objectif initial afin de créer une piste circulaire lorsque que nous aurons besoin d’intervenir dans ces parcelles avec le véhicule. Mission accomplie !

A la semaine prochaine.

« Le Chassang »& »Foulissard »

Découvrons du côté de Saint Hilaire Taurieux les nouvelles parcelles confiées récemment à Faite et Racines.

Une jolie vue sur Saint Hilaire.

Ce dimanche fut donc un dimanche rando/découverte où l’objectif était de faire le tour et l’inventaire des deux plus grandes parcelles acquises il y a peu par Françoise, qui sera notre guide, accompagnée de Karel. Son souhait est que l’association s’occupe comme elle sait le faire de cet achat. Nous devions donc faire un premier état des lieux de cet ensemble forestier composé de deux parcelles dénommées « Le Chassang » et le « Foulissard », l’ensemble représentant environ 13,7 hectares.

L’inventaire servira ainsi de témoignage de l’état dans lequel se trouve le bien à ce jour .

Une invitation à cette découverte a été proposée aux adhérents de Faite et Racines et c’est une vingtaine de personnes qui se sont retrouvées au point de rendez-vous.

En route ! Nous voilà partis découvrir la première parcelle « Le Chassang ». Une partie de celle-ci à été plantée de douglas et n’a pas été entretenue, il y aurait un gros travail d’éclaircissement à faire. La seconde partie est plus sauvage, composée principalement de châtaigniers, de hêtres, de chênes…et s’est développée plus harmonieusement : elle ne demandera que peu d’entretien.

Nous enchaînons ensuite avec la visite de la seconde parcelle, « Le Foulissard ».

En avant pour la découverte.

Celle-ci est aussi très « authentique », elle a été exploitée il y a sans doute une trentaine d’années dans sa partie haute mais sans implantation de résineux. En revanche, elle n’a pas été travaillée dans la partie la plus basse et escarpée, où coule un petit ruisseau et où quelques arbres remarquables ont pu se développer confortablement (Hêtre, Aulne, Chêne) .

La journée se termine, nous sommes heureux de la confiance que nous porte Françoise, heureux aussi d’avoir pu partager avec vous cette découverte et heureux enfin de sauvegarder une fois de plus un petit bout de cette précieuse nature…

Trinquons à la sauvegarde assurée de cette belle forêt !

Un tour à Champagnac

Ce dimanche nous avons décidé de faire un le tour de nos terrains autour de Champagnac la Prune. Rendez-vous sur la belle place de l’église et sous un soleil de plomb pour retourner visiter (ou découvrir pour certains d’entre nous ) cet ensemble de parcelles.

Pour ceux qui nous lisent de loin on peut, en gros, diviser le lot en deux parties sur un versant de la vallée du Doustre: l’une située dans les hauteurs est constituée principalement d’acacias, l’autre, plus basse et la plus importante, de châtaigniers.

Rapidement et en toute logique nous allons nous concentrer sur l’accessibilité de ces parcelles avant d’envisager quoi que ce soit d’autre. Des travaux forestiers il y a quelques années avaient créé des chemins aujourd’hui envahis et impraticables, qu’il va donc falloir rouvrir .

Le choix du chemin à nettoyer fut discuté longuement, la chaleur, la nécessité, les futures actions envisagées furent autant d’arguments débattus et nous optons finalement pour le chemin des « Châtaigniers ».

On prépare nos gourdes, on affûte nos élagueuses, on fait le plein des débroussailleuses…et c’est parti pour un nouvel après-midi intense !

Avant cela, laissez-moi vous présenter quelques-uns des membres courageux de Faite et Racines venus affronter cet après midi caniculaire :

Le travail ne sera pas si rude car le chemin est encore bien marqué. L’adversaire, ce ne sont pas les ronces ou l’ortie, mais la chaleur : il fait 32 degrés ! Nous fondons littéralement sous nos casques de protection !

Le chemin avant sa remise en état …

Et une fois nettoyé !

Inutile de vous dire que le moment ci-dessous fut chaleur… très apprécié !


A la semaine prochaine.

Saints de Glace ou de Feu ?

Certaines savent trouver l’eau …

En effet, les saints de glace sont absents cette année et ont laissé place à une petite canicule, agréable bien sûr mais aussi dangereuse pour la nature…

Rien n’arrête Faite et Racines : rendez-vous aux Rocheins où il reste à aplatir quelques belles buttes dans la clairière et éliminer la ferraille jonchant les alentours, et c’est par cette forte chaleur que l’on décide de s’attaquer à la tâche !

Oh surprise ! La plus importante bosse que l’on imaginait être une souche vermoulue recouverte de terre est en fait un bon tas de bitume abandonné. Il va falloir piocher, les amis !

C’est parti pour une bonne suée car la tache est rude et il fait chaud : 28 degrés. Le bitume a durci au fur et à mesure des années, et même à cinq, il nous faudra deux bonnes heures pour en venir à bout .

Ce travail de « travaux publics » achevé (Faite et Racines sait s’adapter !), nous continuons l’installation de bancs pour accueillir le public lors de la prochaine inauguration du bâtiment restauré, le samedi 9 juillet 2022 aux Rocheins de 10h00 à 13h00 .

Pour finir, une petite galerie d’images sur les vestiges de cette ancienne carrière de pierres noires, avec, en bonus, le lien d’un site parlant en image de la carrière (ici).

Avant/Après

Les fourmis rouges

Un remerciement aux personnes de passage qui nous ont donné un petit coup de main ce dimanche.

Allez, on continue le travail de préparation de l’inauguration des Rocheins prévue début juillet !

Pour mémoire, le mail vous invitant à venir ce dimanche établissait le programme suivant:

Au programme de ce dimanche:

Créer des bancs en utilisant les rondins laissés sur place à cet effet –

C’est fait !

– Créer une petite rigole pour canaliser les résurgences d’eau sur l’espace accueil –

C’est fait !

Raser les petites souches qui dépassent du sol sur l’espace accueil

C’est fait !

– Faire tomber l’arbre mort menaçant l’espace d’accueil –

C’est fait !

Vider et nettoyer l’intérieur du bâtiment, prévoir une remorque pour un trajet déchetterie avec la ferraille rouillée stockée ici provisoirement le temps des travaux –

C’est fait (sauf déchetterie ) !

Débroussailler la rampe à côté du bâtiment

C’est fait !

Rien à redire, une équipe parfaite, un travail rondement mené…Apprécions donc notre récompense du soir !

A la semaine prochaine…

Le retour des Rocheins

Retour à la carrière pour commencer à préparer cet endroit en vue de l’inauguration des Rocheins prévue début juillet où nous convierons la commune de la Roche Canillac et les membres de l’association à découvrir le travail de restauration entrepris par Faîte et Racines autour du petit bâtiment des Rocheins.

La nature reprend possession de l’endroit, la puissance du printemps !

Mercuriales, lamiers, orties, ronces, stellaires ont colonisé la carrière et il va falloir remonter les manches pour préparer l’espace. La tache sera malgré tout plus facile, le plus gros du travail ayant été réalisé l’année dernière.

Il nous faut débroussailler de nouveau, Marion va s’occuper de cette tache.Le saisissant contraste de la pierre noire et de la chlorophylle …

D’autres vont dégager les grumes et les piles et une troisième équipe va préparer des piquets. On voit ici une belle quantité de bois de chauffage qui n’attend plus que son chargement.

Le manège des remorques peut commencer !

La clairière est de nouveau accessible, nous continuerons le travail les prochaines semaines,

Nous allons mettre en place quelques bancs et rondins pour l’inauguration et il est aussi question de canaliser un peu les résurgences pour éviter un sol détrempé, les pierres ne manquent pas mais aurons- nous le temps ?

Après l’effort le réconfort …

Un moment incontournable !

A la semaine prochaine .

Préparation chantier-école

Nous sommes partis ce week-end sur une approche logistique de la parcelle du hameau de Cueille : un petit retour sur le terrain s’imposait pour préparer notre projet de chantier-école prévu pour septembre 2022. Nous avions constaté la difficulté de manœuvrer avec une remorque ou un tracteur arrivé en bout de parcelle, or ce sera un des « spots » d’activités. Il convenait donc de faciliter l’accès au chantier pour une circulation plus aisée.

On s’applique à araser les anciennes coupes

Et dans le même ordre d’idée, sur le chemin menant au site, il existe une pièce d’eau retenue par une petite digue en bien mauvais état. Un trou conséquent risquait de provoquer un effondrement de la construction. Il était nécessaire d’intervenir pour consolider ce passage.

La situation était plus délicate que nous ne l’imaginions, le trou était plus important en souterrain car l’eau avait fait son travail de « sape ». Il était temps d’intervenir…

Heureusement, nous avions un tas de pierres à disposition et, après quelques heures de labeur, le mal était réparé !

Un sourire pour clore cette belle journée, la satisfaction du travail accompli !

A la semaine prochaine …

Un escalier pour le paradis ?

Le dimanche a commencé tôt le matin pour le bureau de Faite et Racines ou l’on prépare les événements prochains, une rando sur les parcelles de l’association, un repas , l’inauguration des Rocheins, le chantier-école et bien d’autres choses encore, cela avance bien, nous en reparlerons.

Une autre image de la réunion du bureau…

Retour sur Longeval pour continuer l’accessibilité de nos parcelles de forêt sur les bord de la Dordogne et c’est reparti pour les escaliers.

Les coins indispensables pour fendre les futures marches !

Quelque part dans les hauteurs la consolidation du travail effectué la semaine dernière sur cet escalier de pierre .

Et reprise du travail sur les escaliers de bois .

On dessine les marches avec une houe puis on taille les piquets et les marches en châtaignier ou en acacia avant de les mettre en place pour quelques années…

Et encore quelques arbres à abattre avant le printemps.
Un dimanche bien chaud …

A la semaine prochaine.

Primus tempus

La neige et la pluie avaient mis un coup de frein sur nos sorties la semaine dernière, mais Faîte et Racine se retrouve ce dimanche au lieu-dit Longeval sur la commune de Saint Martial Entraygues. Nous reprenons le travail entamé il y a 2 semaines.

On va s’attaquer cette fois aux marches pour accéder aux parcelles : les empreintes avaient été effectuées il y a quelque temps déjà, il s’agit aujourd’hui de consolider tout cela à l’aide de rondins et de piquets.

On a aussi continué le nettoyage de notre chantier en évacuant le bois coupé et le BRF du bord de la route. Rien ne se perd tout se transforme, le bois raméal fragmenté servira de paillage efficace !

Parallèlement, un groupe a pris en charge la reconstruction d’un mur en partie effondré sur les hauteurs afin de restaurer les délimitations des parcelles d’origines.

Une bonne journée, assez physique il faut bien le dire. Le résultat est très satisfaisant, Longeval est un chantier prometteur et de longue haleine…mais, en attendant, l’incontournable collation-récompense !

A la semaine prochaine